Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net
 
 
 
 

Mon orignal 2015

Bonjour à tous,

Juin 2015, je remarque qu'il viennent de faire un tout nouveau bûcher sur notre territoire. Le bûcher en soit n'est pas si attrayant mais il y en a un autre tout près adjacent, ce qui laisse un corridor entre les deux. Corridor d'une largeur de cent mètres environ. C'est là que les méninges se mettent à tourner. Primo, le chasseur de chevreuil aguéri y voit clairement un entonnoir. Secondo, je tire aisément à 50 mètres avec mon arc. Donc, en marchant lentement en plein milieu, je couvre la largeur du corridor au complet. Une légère promenade me confirme qu'il y a présence d'orignaux.

Alors, nous voilà dimanche matin le 4 octobre. Après avoir déposé mon vélo et traversé la rivière, je marche hyper lentement en commençant mon ascension dans le fameux corridor. Celui-ci doit bien avoir une longeur de 400-500 mètres. Après, je  longerai les bûchers en faisant des appels (du moins, j'essairai). Je marche à peine depuis une trentaine de minutes lorsque j'entend un craquement ... je dirais autoritaire. Je suis un chasseur de chevreuil et comme je l'ai déja écrit dans le magazine  Aventure Chasse et Pêche, mes appels de femelles plaintives ressemblent plus à celui d'un cochon égorgé. Je décide donc de faire le buck ... Wouâfff. C'est là que le train démarre! Je vois des cornes s'en venir à travers les fouettes et arbustes. Il est environ à 100 mètres dans le bûcher adjacent et c'est clair, il vient me botter le cul!

En seulement 10 secondes, il est à une quarantaine de mètres de moi et s'arrête carrément. Je ne vois que sa tête et aucun tir n'est possible. Je réalise en plus que je suis carrément dans son sentier et il s'en vient directement sur moi. Le problème,  c'est qu'on sera de face. Je vois les billes dans ses yeux et je ne veux pas tenter un tir de face. Puisque rien de bouge, je réémet un Wouâfff. Ça y est, il repart mais en se dandinant la tête de gauche à droite. Nous sommes maintenant à 20 mètres,  face à face encore et il ne semble pas très content. J'ai mon arc bandé depuis 2 minutes et mes bras commencent à tremblés. Pour être honnête, je ne sais plus qui chasse qui.

Pour une raison inconnu, après m'avoir scruté minutieusement, il s'est lentement viré de côté. Probablement qu'il me trouvait "chéti" pour un orignal. La flèche lui a traversé la poitrine. Il est parti a courir dans le sens opposé a moi. J'ai tout de suite  émis le cri de la femelle plaintive (ou cochon égorgé dans mon cas) pour ralentir sa course et croyez-le ou non, il s'est arrêté, s'est retourné. Je ne sais pas si c'est parce qu'il avait pitié de mes talents de câlleur mais ça a eu pour effet de ralentir sa  course.

... Il est finalement tombé à environ 30 mètres de moi. Le panache a 35 pouces de largeur mais la bête est colossale.


Cela pourrait vous intéresser aussi



Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*