Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

EN CHASSANT LA LIBELLULE par Christian Autotte

De tous les insectes avec lesquels nous partageons cette planète mes favoris sont les libellules. Elles sont parfaitement inoffensives, malgré certains mythes qui prétendent qu'elles peuvent crever les yeux d'un coup de leur « dard »… Elles ont conquis le ciel pour y poursuivre d'autres insectes volants bien avant l'ère des dinosaures. Elles continuent leur chasse de nos jours, dévorant des milliers de moustiques chaque jour.


Leurs larves (que l'on nomme « nymphes ») étant aquatiques, les libellules et leurs cousines plus petites, les demoiselles, se retrouvent généralement près des plans d'eau, aussi petit soit-il. Mais elles peuvent s'éloigner de quelques kilomètres, soit pour chasser, ou pour s'éloigner des prédateurs potentiels peu de temps après leur sortie de l'eau. Elles commencent à paraître au milieu du printemps et les espèces les plus tardives peuvent se voir jusqu'en novembre.



Les libellules constituent des cibles de choix pour les photographes de tout acabit. Pour les débutants, elles ont la bonne habitude de se percher régulièrement au même endroit. On peut alors en faire de bons portraits avec des téléobjectifs macro du genre 90 à 150mm, ou encore au téléobjectif, avec ou sans tubes allonges. L'avantage n'est pas seulement de pouvoir travailler à une certaine distance, mais aussi de limiter le champ de vision et ainsi éliminer un fond qui manque d'intérêt. Autre avantage : le téléobjectif « compresse » la perspective ce qui permet souvent de créer des effets intéressants avec des reflets sur l'eau ou la végétation de l'arrière-plan.



Les insectes sont comme tous les autres êtres vivants : certains sont sauvages et difficile d'approche alors que d'autres sont plus sociables, allant même jusqu'à se poser sur les épaules du photographe! Avec ces dernières on peut tenter de passer aux gros plans. La tête des libellules est dominée par une paire d'yeux composés énormes qui couvrent facilement la moitié de l'espace disponible. Autrement dit, les libellules ne sont pas aveugles! Pour les approcher au plus près veuillez à limiter vos mouvements; bougez lentement, restez le plus bas possible, et évitez de projeter votre ombre sur l'insecte. Je prends souvent deux ou trois clichés de « sécurité » à une certaine distance avant de me rapprocher un peu plus. Les libellules préfèrent le soleil et la chaleur; une journée fraîche ralentit leur métabolisme, ce qui est tout à l'avantage du photographe. Encore faut-il les trouver : au repos elles ont souvent tendance à bien se cacher.


Les plans rapprochés sont généralement réalisés à main levée, le trépied étant trop encombrant et lent à positionner. On favorise alors la prise de vue au flash. La puissance et la brièveté de son éclair réduit les risque de flou de bougé. J'ai réalisé beaucoup de gros plans avec des flashs cobra montés sur bras articulé. Plus récemment je travaille également avec un flash double dédié à la macrophotographie. Bien que moins polyvalent (et plus coûteux) ce dernier est plus transportable et facile à utiliser sur le terrain. 


Les libellules ont 4 ailes et elles savent s'en servir. Ceux qui cherchent un défi peuvent tenter de les photographier en vol. Il ne faut surtout pas s'attendre à un succès facile. Depuis environ deux ans, j'ai commencé à m'équiper en Olympus. Mon nouveau OMD E-M1 Mark II permet de faire jusqu'à une soixantaine d'http://www.chevreuil.net/design/themes/blackline/fr/images/secondes, ce qui augmente grandement la moyenne de réussites. On oublie toutefois l'autofocus, qui cherche trop ou fait sa mise au point sur l'arrière-plan. En mise au point manuelle, on fait un pré-focus à la distance où on pense revoir une libellule en « patrouille »; centaines espèces ayant l'habitude de patrouiller un même territoire en suivant une route précise, avec des pauses toujours aux mêmes endroits. Il ne reste plus qu'à attendre, pointer, et tirer une rafale en espérant de bons résultats. La vitesse doit se situer autour de 1/1000 pour arrêter le mouvement des ailes, avec une ouverture autour de f/8 pour donner assez de profondeur de champ. L'ISO sera réglé en conséquence pour obtenir une bonne exposition.



Même si certains insectes sont considérés comme étant plus « jolis », comme les papillons et certains coléoptères, il reste que par leurs couleurs, leur vivacité, leurs habitudes et leur beauté, les libellules demeureront toujours mes favorites…


Christian Autotte


Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*