Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

L'achat d'un drone: un pensez-y bien !

L'achat d'un drone peut s'avérer non seulement onéreux mais aussi un achat difficile compte tenu de la variété des produits sur le marché. Je n'ai pas la prétention de me qualifier d'expert en ce domaine mais l'exercice de documentation que je me suis tapé avant d'acheter le mien pourrait éventuellement vous aider dans votre démarche.

La question du pourquoi devrait être celle sur laquelle vous devez passer plus de temps au niveau de votre réflexion. Un gadget de plus, un bidule de plus pour s'amuser, un outil pour illustrer vos voyages, votre nouveau passe-temps préféré, une caméra supplémentaire vous donnant un point de vue hors du commun, etc.

Pour ma part, je vous dirais que l'ensemble des raisons évoquées ici furent celles qui m'ont encouragé passer à l'acte. Ceci étant dit, je vous dirais dans un deuxième temps les raisons pour lesquelles je l'ai vendu par la suite. Ainsi, vous serez en mesure de vous faire une idée éclairée si l'envie d'un tel achat vous plairait.

Le choix :

Plusieurs marques sont disponibles et les caractéristiques sont nombreuses et les prix variés. D'abord, je vous suggère de considérer les caractéristiques suivantes :

  • Une autonomie de batterie suffisante ;
  • La distance de vol ;
  • Une bonne caméra 4K est un minimum à envisager ;
  • Des pièces de rechange que l'on peut acheter sur le Net. Si vous avez un choix en tête, allez voir sur Amazon, Geek ou Joom si des pièces sont disponibles. D'une part, vous les aurez à bon coup et rapidement ;
  • Dans votre coût d'achat, pensez à 2 batteries supplémentaires pour une durée de vol suffisante dans votre journée ainsi que l'achat d'hélices supplémentaires parce qu'il est fréquent de les briser, surtout au début de votre apprentissage de vol.

Ceci étant dit, mon choix s'est porté vers la marque DJI sans difficulté. Vous aurez l'embarras du choix également dans cette marque. Mon choix s'est porté sur le Phantom 3 professionnel. Il dispose d'une caméra 4K et son coût d'acquisition est moindre. C'est un ancien modèle et vous pouvez l'acquérir à moindre coût, neuf ou usagé. Ses qualités sont reconnues dans toutes les critiques professionnelles sur le sujet et les pièces sont disponibles sans problème. Il est plutôt facile à faire voler, sa qualité de caméra est exceptionnelle.

Bien qu'il soit facile à manipuler, je vous dirais qu'il nécessite tout de même une bonne période d'apprentissage. On pourrait croire que c'est comme l'utilisation d'un bon vieux joystick ou d'une manette PS4, mais ce n'est pas mal différent. Surtout lorsque le drone est en sens inverse, c'est-à-dire que les directions sont inversées lorsque le drone revient vers vous par exemple. Le contrôle demande donc une bonne expérience. De plus, dans les milieux étroits, la chose peut se compliquer également si votre expérience est limitée. Pour ma part, lors de ma première journée d'essai, j'ai pratiquement tondu un cèdre avec les hélices du drone. Donc la conduite n'est pas évidente et c'est, j'imagine, une des raisons qui milite pour une réglementation plus sévère à l'endroit des drones.

Une fois maitrisé, le drone est plaisant à conduire et les manœuvres deviennent plus audacieuses et le plaisir se met de la partie. Un vrai jouet de petit gars ! Pardons les filles, mais vous aimerez également !

Où la sauce se gâte !

Oui, le plaisir croit avec l'usage mais c'est là que le bât blesse. La réglementation actuelle est assez sévère et il vous ne pouvez faire voler votre drone n'importe où. Je suis d'accord pour en limiter l'utilisation mais actuellement, ça devient un vrai casse-tête pour trouver un endroit où faire voler son drone. Le nombre d'incidents impliquant des drones utilisés à des fins récréatives a plus que triplé entre 2014 et 2017. Il n'en fallait pas plus pour que les Gouvernements adoptent des réglementations plus sévères à leur utilisation.

Tout d'abord, l'utilisation de drones récréatifs de plus de 250 g, mais qui n'excèdent pas 35 kg, est interdite à moins de 75 mètres de véhicules, bâtiments, ou de personnes. De plus, les vols sont interdits dans un rayon de 9 kilomètres d'un aéroport. Cependant, les règles ne s'appliquent pas pour ceux et celles qui se servent de drones à des fins commerciales, universitaires ou de recherche. Le Gouvernement fédéral devrait préciser dans une loi de nouvelles restrictions en ce domaine. On croit que cela pourrait avoir lieu dans quelques mois.

Les municipalités légifèrent également. Ainsi, le conseil municipal de la ville de Sherbrooke s'est prononcé sur la question des drones récréatifs cet été. Ils ont convenu que leurs décollages et atterrissages dans les parcs municipaux seront désormais interdits.

En ce qui concerne la chasse, la Colombie Britannique a légiféré et interdit l'utilisation de drones pour la chasse. Certaines associations de chasseurs souhaitent également que l'utilisation des drones soit bannie pour la chasse au Québec. Ne croyez pas que je suis contre une telle réglementation. Mais, pour un amateur de photos comme moi qui aime avoir une perspective aérienne, comment faire voler un drone en forêt sans qu'un garde de chasse y voie plutôt une action non conforme aux règlements. La liste pourrait être longue. Pourchasser un animal, tentative de diriger un animal vers une ligne de tir de chasseurs embusqués, prospection à l'aide d'engin défendu, tentative de blesser un oiseau migrateur, etc. etc. Comment être sûr de pouvoir faire voler son drone et photographier sans risque d'avoir des problèmes. Pour ma part, j'ai abandonné. Faire voler un drone sur un terrain de football balisé par un horaire fixe ou dans des zones limitées, non, merci. Pas pour moi.

Je conviens qu'il est essentiel d'avoir une réglementation pour l'usage de drone. La vie privée est essentielle et je n'apprécierais pas qu'un Tweet fasse voler un drone près de ma chambre à coucher ou de ma terrasse ou que certains l'utilisent à des fins de braconnage ou de chasse non sportive. Oui, j'en convient de la nécessité de baliser l'utilisation de drone à des fins récréatives. Mais, je sens que le dérapage s'en vient. On parle au fédéral de l'obtention d'un permis pour faire voler un drone récréatif et même l'obligation de suivre un cours sur Internet par exemple. Encore des coûts en perspective. Vous voyez où je veux en venir. Ça va devenir très compliqué de faire faire voler votre drone, même si ce n'est pour vous que d'exercer votre hobby de photographe amateur. Pour ma part, ma décision est prise, mon drone DJI Phantom 3 professionnel est maintenant ÀVENDRE !

Dans le vidéo qui suit, vous verrez ma première tentative de vol de mon drone. Pas facile :-)

​Pierre Chabot


Mots clefs :

Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*