Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net
 
 
 
 

La vérité sur la croissance des panaches !

Depuis toujours, les chasseurs sont à la recherche de trophées de chasse arborant un impressionnant panache. Pour y parvenir, plusieurs chasseurs dépensent des milliers de dollars et quittent le Québec à la poursuite des trophées de l'ouest canadien ou des états américains où l'on retrouve un plus grand nombre de ces cerfs trophées. Mais si je vous disais qu'en investissant cet argent et du temps sur les terres qui sont à quelques minutes ou heures de votre résidence, vous pourriez récolter d'aussi beaux trophées. Impossible me direz-vous ?

«Depuis trop longtemps, un mythe subsiste et circule laissant croire que la croissance des bois serait reliée à la génétique des chevreuils selon leur région. Que ce serait pour cette raison que dans certaines régions les chevreuils ont des bois plus imposants et un poids supérieur. Par conséquent, ce mythe empêche les chasseurs de voir plus loin et d'espérer revoir de beaux spécimens ici au Québec. Afin d'illustrer la relation ou la non-relation entre la génétique et la qualité des chevreuils selon différentes régions, des chercheurs universitaires de deux états américains ont mené une étude qui révèle que la génétique des chevreuils n'a rien à voir avec leurs poids ou la longueur de leurs cornes. Afin d'arriver à cette conclusion, ils ont prélevé des chevreuils dans des endroit où les chevreuils ont un poids et un panache inférieur à la moyenne et les ont déplacés dans un enclos aménagé naturellement avec des sources de nourriture de première qualité en abondance constante. Autrement dit, c'est comme si nous aurions pris des petits chevreuils d'Anticosti pour les implanter en Saskatchewan. Après seulement 2 générations, les chevreuils qui étaient sensé être de génétiquement inférieurs, étaient au même poids et pointage B&C à 3 ans et 1/2 que les chevreuils originaires de régions où l'on retrouve habituellement beaucoup de chevreuils trophés. En conclusion, il n'y a que 2 facteurs prédominants qui font en sorte que certains chevreuils deviennent plus gros et arborent de larges et longs panaches : la qualité de l'habitat et la nourriture qu'il offre, ainsi que l'âge des individus. 



Les chasseurs en général croient que l'herbe est plus verte chez leurs voisins et c'est parfois le cas. Mais alors, il doit bien y avoir une raison pour que l'herbe y soit de meilleure qualité ? La réalité est que l'herbe est en effet plus verte en Saskatchewan ou en Illinois, pour ne citer que ces endroits reconnus. La qualité du sol et l'habitat en général y sont de meilleure qualité. La diversité des plantes, la régénération des forêts et les sources de nourriture disponible 12 mois par année jouent un rôle déterminant dans la croissance physique des chevreuils et de leurs panaches.

La situation particulière au Québec.

Contrairement à la croyance populaire, la plupart des régions du sud de la province, ont tout pour produire des trophés. Partout où les chevreuils sont présents, on y retrouve de très bons sols. Les terres agricoles sont d'excellente qualité et les forêts en majorité matures, n'attendent qu'à subir des coupes sélectives pour laisser place à une régénération. Alors quelles sont les raisons pour lesquelles on ne prélève pas plus de trophés au Québec ? La première et un sujet de plus en plus populaire, est que les jeunes mâles n'ont pas le temps de grandir puisque 80% d'entre eux sont prélevé avant d'atteindre 2 ans d'âge. La deuxième est qu'il y a de moins en moins d'habitats de qualité pour qu'ils puissent se cacher et se nourrir convenablement. La troisième découle des deux premières ; comme il y a un débalancement entre les sexe, +\- 4 femelles pour 1 mâle en moyenne, toutes zones confondues. Les mâles n'arrivent pas à accoupler toutes les femelles lors du premier œstrus, ce qui les pousse à poursuivre leur période de rut sur une longue période qui du fait coïncide avec l'arrivé des grands froids d'hiver. Les réserves d'énergie étant dépensées avant le mois de janvier, place nos chevreuils mâles et les veaux nés tardivement dans une situation vulnérable. Les prédateurs et l'hiver nous enlèvent notre relève et nos mâles matures continuellement. Comment contrer ce cercle vicieux qui nous laisse avec un cheptel au bord du désastre et constitué d'individus immatures ?



L'aménagement des habitats et le choix des individus prélevés par les chasseurs est la seule solution durable qui s'offre à nous. Prélever les femelles matures plutôt qu'un jeune mâle serait pour quelques années une nécessité pour rétablir un équilibre dans la plupart des zones du Québec. Du même coup, investir du temps dans l'aménagement des forêts dans le but de créer du couvert et de la nourriture pour les chevreuils permettrait à la nouvelle génération et aux mâles matures de mieux s'alimenter et d'échapper plus facilement aux prédateurs. En attendant que la majorité des chasseurs adhèrent à cette idéologie, sachez qu'il est possible de créer un habitat de qualité et de gérer le cheptel sur une petite terre et obtenir d'excellents résultats. Il est difficile de gérer le débalancement des sexes, mais vous pouvez faire le choix de prélever un chevreuil mature mâle ou femelle plutôt qu'un jeune individu. Surtout quand vous avez le meilleur habitat de la région, votre terre devient un aimant à chevreuils, vous avez donc plus de choix devant vous!



Une technique d'aménagement qui vaut la peine d'être utilisée, est l'utilisation de champs nouriciers. Des semences de qualité sont depuis plusieurs années disponible pour les chasseurs désireux d'améliorer leur territoire. Par contre, quelques espèces de plantes supplémentaires, ne suffisent pas pour vraiment améliorer un habitat et en faire un endroit de choix pour les chevreuils. Encore moins si vous utilisez ces sources de nourriture comme un appât et chassez régulièrement aux abords de ceux-ci. Les chevreuils comprendront rapidement que cette source de nourriture représente un danger pour eux...

Une autre technique d'aménagement et selon moi la meilleure consiste à couper certains arbres, tout en les maintenant en vie, dans certains secteurs afin d'y laisser entrer le soleil et ainsi lancer la régénération d'une multitude de plantes, arbres et arbustes qui deviendront rapidement le buffet bien diversifié nécessaire afin d'obtenir des chevreuils en santé. Du même coup vous créez du couvert pour que les chevreuils se sentent en sécurité et puissent plus facilement échapper aux prédateurs. 



Il est tout à fait possible de créer et entretenir des habitats de grandes qualités pouvant produire des chevreuils trophés, ici au Québec. On sait maitenant qu'un acre de boisé aménagé afin d'obtenir une qualité d'habitat optimum pour le chevreuil, peut nourrir un chevreuil adulte durant toute une année. Donc si vous diposez de 50 acres et que vous en aménagé une vingtaine, vous offrirez de la nourriture pour 20 chevreuils une année durant ! À l'opposé, une terre boisée, âgée de plus de 20 ans, n'offrira en moyenne de la nourriture annuellement que pour 1 chevreuil par 6 acres de forêt. Imaginez la différence que cela peut signifier ! Vous pouvez attirer beaucoup plus de chevreuils et obtenir des chevreuils plus lourds et portant des plus beaux panaches tout en modifiant votre terre pour la chasser plus efficacement... L'habitat est la solution durable pour avoir plus de chevreuils et des chevreuils en santé !

Passez à l'action !

Guillaume Paquette

Technichasse.ca


Mots clefs :

Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*