Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

Le mystère de l'ours noir

Le mystère de l'ours noir
À tout les ans j'entends des histoires de chasse où les ours sont blessés, saignent abondamment et qui ne sont pas retrouvés. Pourtant ce sont des chasseurs d'orignaux et de chevreuils aguerris. À toutes les occasions, ces histoires me font revivre un vieux cauchemar! Oui, il m'est arrivée plusieurs fois d'avoir de la difficulté à retrouver mes ours et d'en perdre malgré qu'il y avait une trainée de sang abondante et ce, sur de grandes distances. Alors, un miracle arriva ! Un ami me parla d'une méthode de tir efficace qui fit que je n'ai plus jamais douter de la capacité de récolter mon ours.

Nous l'appelons la croix. Cette méthode m'a été enseigné par un ami qui chasse encore avec moi. Depuis 14 ans, nous avons formé à chaque année des groupes de 5 à 15 personnes pour chasser l'ours. À tous les ans, nous avons récolté une moyenne de 5 à 12 ours pour le groupe et nous avons souvent des néophytes qui se greffent au groupe pour une nouvelle expérience.

Avec l'utilisation de cette méthode, rarement la distance parcourue par une bête tirée dépasse 100 pieds et à 90 %, les bêtes ont été tiré à l'arc traditionnel sur un distance de 10 verges en moyenne.

À mes débuts, mes tirs sur les ours étaient effectués de la même manière que sur les cervidés, soit derrière la patte avant. Alors le cauchemar a commencé!  J'étais obligé d'effectuer des recherches jusqu'à 1200 pieds. Et puis, il faut dire que j'en ai perdu quelques autres, faute de gouttes de sang et autres indices me permettant de continuer les recherches de mon gibier.

En 2000, mon ami me reparla de sa fameuse méthode de tir que je refusais d'essayer. À mon grand désespoir, après avoir tiré un ours et suivi celui-ci au dessus de 1000 pieds sans le retrouver; je décidai donc d`essayer ¨La Fameuse Méthode de La CROIX ¨! À ma grande surprise, après avoir effectué mon tir, j'entendu l'ours gémir 3 fois à très courte distance. Après une recherche d'environ 80 pieds,  je trouva la bête inerte, et je béni encore aujourd'hui mon ami de m'avoir partagé cette méthode. Deux semaines plus tard, j'enseigna la méthode à mes 5 amis européens et pour la première fois, la semaine fut couronnée de succès pour chacun d'entre eux car les recherches furent de très courtes distances.

Par la suite, cette méthode fut enseignée à chaque nouveau néophyte du groupe avec le même succès de chasse comme résultat.

Vous êtes intéressé à connaitre cette méthode ? 

La voici :


Vous mettez une croix imaginaire au centre des pattes avant et arrière ,et au milieu de la bête horizontalement.

Les poumons commencent dans la croix. 
  • Si vous effectuez un tir sur un ours parallèle à vous en suivant la ligne horizontale de 4 à 5 pouces vers l'avant, vous serez au centre des poumons. Puisque pour la plupart des ours récoltés au Québec, le poids varie de 80 à 160 lbs, cela nous donne une cible relative aux poumons d'environ 7 pouces de haut par 9 pouces de large. Ceci ayant été calculé sur une bête morte.
  • Si vous effectuez un tir sur une bête à un angle de 45 degrés, vous tirez directement dans la croix .
  • Si vous effectuez un tir de 10 degrés, corrigez de 2 à 3 pouces vers l'avant .

Maintenant passons au réel ! Voici des photos d'ours abattus que j'ai prises afin que vous puissiez constater par vous même. 

Sur la photo


1006 on voit le manche de mon couteau dans l'entrée du carreau d'arbalète qui suit la trajectoire avec un angle de 10 pour cent et environ 35 degrés sur la hauteur.




Sur la photo


1008 on voit le carreau dans la bête qui a été arrêté par le coude de l'animal.




Sur la photo


1010 on constate que le carreau est au-dessus des artères qui sortent du cœur, on peut constater que le carreau est au centre des 2 lobes des poumons et un peu à l'avant du cœur. Cela veut dire que pour atteindre le cœur j'aurais dû tirer 2 pouces à l'arrière et environ 2 pouces et demi plus bas…



Sur la photo


1014 la même mais sans l'enveloppe du cœur. Il faut garder en tête que la bête est sur le dos.



Photo


1015 sur le côté on voit le manche de couteau.



Photo


1016 vu de dessus j'ai mis un autre carreau suivant l'alignement de l'autre carreau pour une meilleure définition de la trajectoire.



Photo


1019 même photo de côté.



Photo



1020 vu sur le coté, vous remarquez le petit morceau de bois est à la fin des poumons et 2 pouces à l'arrière le diaphragme.



Photo


1023 pour vous donner une idée de la grosseur du vital soit le cœur et les poumons. Un ours d'environ 100 livres qui a fait une distance de 80 pieds lors du tir mortel et a gémit 3 fois à sa mort. Tiré avec une pointe rétractable ‘'Rage‘' 2 pouces, aucune trace de sang… 

Maintenant les photos suivantes sont le résultat d'un tir de calibre 243 Win avec de 95 grs sst Hornady à partir d'un mirador à 14 pieds de haut à une distance de 40 pieds…distance de fuite 2 pas...bête d'environ 120 livres.



Photo


3721 on voit le manche de mon couteau dans l'entrée de la blessure.



Photo


3723 même photo sans peau.



Photo


3725 on peut constater la blessure est au milieu des 2 lobes des poumons et en continuant sa course le boulet a détruit l'entrée des artères du dessus du cœur...j'avais un léger angle de dix degrés de côté. Avec un tir de cette nature nous avons 2 poumons détruits dont un par le boulet et l'autre par l'onde de choc. Le dessus du cœur a été sectionné par la fin de course du boulet. De cette manière, même à l'arc traditionnel, mes ours ne faisaient pas 10 pieds. L'erreur la plus commune que l'on identifie relativement aux ours perdus est un tir à l'arc, près de l'épaule, un peu au-dessus du centre de l'animal.

À la carabine, parfois l'onde de choc provoque la mort mais il arrice que les ours font des distances considérables après le tir. En passant, un ours n'est pas plus résistant qu'un chevreuil ou un orignal s'il est tiré dans les organes vitaux.

J'espère par cet article et les phptps présentées avoir eu la chance d'aider les nouveaux chasseurs d'ours car il non pas eu la chance d'éviscérer un ours et de voir sa structure.

Bonne chasse……
 

Mots clefs :

Cela pourrait vous intéresser aussi



Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*