Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

Photographier en hiver par Christian Autotte

La photographie en hiver comporte son lot d'inconvénients et de difficultés. On pourrait facilement imaginer le froid comme étant le problème majeur, mais avec un peu d'effort et de préparation la froidure hivernale est facilement remise à sa place. Le photographe doit d'abord s'occuper de son propre confort en s'habillant en fonction de la température et de son niveau d'activité. Une randonnée en raquettes ou en ski de fond demande à être habillée moins chaudement que l'attente d'un gibier quelconque dans une cache. Favorisez l'habillement en couches que l'on peut ajouter ou retirer suivant le besoin; un petit sac à dos sera alors essentiel pour contenir les pièces de linge supplémentaires. On pourra également y mettre une collation et, pourquoi pas, un thermos de chocolat chaud…



On a déjà vu, dans une chronique précédente, que l'équipement photographique moderne peut très bien s'accommoder de températures bien en dessous de zéro. Évitez de passer du froid au chaud sans arrêt; mieux vaux laisser la caméra dehors si vous devez rentrer quelques minutes pour vous réchauffer. Quand vient finalement le temps de renter, placez la caméra dans un étui fermé avec une fermeture éclair ou dans un ziplock assez grand. Dans les deux cas, l'air à l'intérieur du sac se réchauffe graduellement, prévenant la formation de buée sur l'appareil et les optiques. Le plus important demeure la pile : plus il fait froid, moins longtemps durera la pile. Une deuxième pile bien au chaud dans une poche intérieure demeure la meilleure protection contre le signal de pile vide quand se présente le 10 pointes que vous cherchez depuis une semaine…



Un autre problème auquel font face plusieurs photographes en hiver demeure le choix de l'équipement à apporter. Deux objectifs, un grand angle pour les paysages et un téléobjectif pour les animaux, peuvent être amplement suffisants. De jour, un trépied sera souvent superflu. Pour un peu plus de stabilité, on peut s'appuyer contre un arbre ou tout autre support; j'ai déjà modifié un bâton de ski de fond en y ajoutant un boulon de ¼ de pouce pour pouvoir y monter une rotule, transformant ainsi le bâton en monopode. Ceux qui désirent utiliser un trépied en hiver seront tôt ou tard confrontés à un autre problème de photographie hivernale : les pattes de trépieds qui s'enfoncent dans la neige… Il existe des « raquettes » que l'on peut fixer au bout des pattes pour les supporter. Une autre solution consiste à trouver un endroit où la neige est assez compacte, quitte à la compacter soi-même.



Le plus grand défi en photographie hivernale demeure l'exposition. Beaucoup de débutants s'imaginent qu'il faut absolument ajouter un filtre pour couper toute cette lumière réfléchie par la neige, faute de quoi l'image pourrait être surexposée. C'est faux. Non seulement un filtre est inutile, mais il faut en fait « ajouter » plus de lumière pour que le blanc de la neige sorte blanc et non gris.




Pour mieux comprendre, il faut expliquer comment un appareil photo s'ajuste en fonction de la lumière perçue. Tous les appareils sont programmés pour donner ce que l'on appelle dans le jargon photographique un « 18% gris », c'est-à-dire une moyenne qui fonctionne dans la plupart des cas. Mais lorsque le sujet est plus foncé ou plus pâle que cette moyenne, l'appareil peut se tromper et donner une photo dont le rendu est trop pâle ou trop foncé. Mais la plupart des gens seront tentés de compenser dans le mauvais sens, en donnant plus de lumière à la scène sombre et moins à celle qui est trop blanche. Mais lorsque l'on réfléchit bien, on se rend rapidement compte que si l'appareil veut ramener la luminosité vers la moyenne, il aura tendance à éclaircir une scène trop sombre et à assombrir celle qui est plus pâle que le gris neutre. Pour vous en convaincre, faites l'exercice suivant : photographiez un carton noir, un gris, et un blanc, en laissant le sélecteur de mode sur « P ». Le résultat sera trois images identiques d'un gris moyen.




Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*