Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net
 
 
 
 

L'appâtage est une technique utilisée par bien des chasseurs... profitons de leurs expériences !

Je pratique ce style de chasse depuis 5 ans et j'ai eu des conseils, au début, d'un "vieux de la vieille" du coin. Pour débuter, le sel contrairement à ce que j'avais entendu, est apprécié des chevreuils même à l'automne. Régulièrement, j'ai vu des chevreuils bouffer des pommes et/ou carottes à satiété et, avant de quitter le site d'apâttage, lécher mon bloc de sel à vaches pendant de longues minutes.

Certains individus (chevreuils) préfèrent les pommes et d'autres, les carottes. Les deux sont excellents, les pommes sont plus odorantes et sucrées donc un avantage, par contre les carottes sont la moitié moins dispendieuses. Je débute ma saison d'appâtage environ 8 semaines avant le début de la saison de chasse par environ un sac de pommes ou de carottes par site deux fois/semaines. Pourquoi? pour créer l'habitude chez les chevreuils résidents qui créent des sentiers impressionnants vers les sites d'appâtage et répandent l'odeur de la bouffe dans un rayon impressionnant du site.

Il est vrai que 95% des chevreuils observés durant la journée en octobre sont des femelles et des jeunes, mais lorsque le rut de novembre rentre en ligne de compte, les bucks créent leurs lignes de grattages et de frottages tout autour du site d'appâtage et viennent régulièrement visiter celui-ci.

Il est important de regarnir le site toujours à la même heure et de préférence vers l'heure du midi. Les chevreuils étant des créatures d'habitudes, ils s'habitueront aux déplacements humains et ne changeront pas de village à chaque visite.

Un autre détail pour ceux qui seraient tentés de bâtir des auges ou autres structures pour la bouffe. Je préfère distribuer mes pommes et carottes sur le sol et le plus éparpillées possible. Plus de cerfs peuvent s'alimenter en même temps et les odeurs se dispersent mieux.

Je dispose autant que possible mes miradors sur un "button" et à environ de 50 à 75 mètres de distance. Ainsi mon odeur n'est jamais un facteur, étant à plus ou moins 10 à 20 mètres plus haut et à bonne distance du site d'appâtage. Ceci me donne aussi une plus grande marge de manoeuvre au niveau mouvements et bruits, facteurs très important lorsque l'on se tape un 8à 9 heures de mirador.

Je regarni mes sites la veille de l'ouverture et en même temps j'installe mes corridors de senteur. Sur mon vtt, j'ai toujours un sac de pommes/carottes au cas ou le site serait vidé durant la nuit et sur l'heure du midi je regarni mon site. En parlant de vtt, je laisse celui-ci à bonne distance du mirador en situation de chasse.
 
Un détail important: bien éclaircir une bonne allée de tir entre le mirador et le site d'appâtage. Je taille aussi quelques autre allées de tir à 45 degrés de chaque coté du site.

Autre détail, je n'aime pas éviscérer mon gibier sur le site. Après les photos d'usage, beaucoup plus propres d'ailleurs, je transporte le gibier près de mon aire de stationnement de vtt ou je procède à l'éviscération ne contaminant pas ainsi mon site d'appâtage.

Résultats : sur mon site favori, récolte de 7 bucks en 4 saisons de chasse dont 4 par moi-même.

De nouveaux trucs? Je suis toujours à l'affût, car toutes les méthodes peuvent être améliorées.

Michel Turenne


Mots clefs :

Cela pourrait vous intéresser aussi



Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*