Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

Les gros ours, soyez imprévisible !

Avez-vous déjà remarqué, que bon an mal an, ce sont toujours les mêmes chasseurs qui récoltent de gros ours ? Il y a bien sûr des exceptions. Souvent ces exceptions sont le fait d'un chasseur chanceux qui a déjoué un ours de forte taille sans nécessairement savoir pourquoi. Ce chasseur répètera rarement l'exploit de façon régulière.

Ce ne sont pas tous les chasseurs qui analysent en profondeur les raisons de leurs succès ou insuccès. Ce ne sont pas non plus tous les chasseurs qui ont le souci des petits détails. C'est normal que ce soit ainsi, l'être humain n'est pas homogène et tant mieux.

De mon coté, j'ai une grand facilité ou même un talent d'analyse fort développé. Je me réveille même la nuit pour penser à la chasse. Pour chasser l'angoisse qui m'habite occasionnellement durant mes périodes nocturnes d'insomnie, je focalise sur mes expériences positives et négatives de chasseur. Faites comme moi lorsque vous avez du mal à trouver le sommeil, confortablement installé dans votre lit, repassez en mémoire les situations de chasse que vous avez vécues. Dans le calme, notre cerveau analyse plus facilement les situations de chasse que l'on se remémore.

Si votre objectif de chasseur d'ours noir est de récolter de gros sujets, il faut réfléchir et agir différemment. Se contenter du minium jouera toujours contre vous. Ce n'est jamais facile de chasser les trophées, peut importe le gibier. J'admire beaucoup un chasseur qui récolte des ours gros format, car je sais qu'il l'a mérité.



Prenez l'exemple de Ken Taylor, grand chasseur d'ours du Québec, probablement le meilleur au Canada. Ken a son style à lui et je ne suis pas ni du même style ni de sa trempe. Il chasse au sol à l'arc traditionnel et récolte d'énormes sujets à moins de 15 mètres. Je ne le connais pas personnellement mais je sais comment il pense. Sa façon de chasser est extrême. Il faut un grand sang-froid et de profondes connaissances de l'ours pour oser le chasser sans cache, derrière seulement un amas de branches et être capable d'attendre qu'un ours de près de 400 livres soit à moins de 10 mètres avant de tirer. Mais en plus il doit tout faire cela sans faire le moindre mouvement au mauvais moment. Un simple mouvement léger et l'ours peut déguerpir comme un lièvre. Êtes vous de ce type? Calme comme une carpe qui se fait chauffer au soleil dans une baie calme. Êtes-vous assez brave pour ca?

Les ours, particulièrement les gros, aiment tourner longtemps autour du site afin de valider les informations qui se laissent transporter par le vent. Ils veulent savoir qui est là, qui y est passé et s'il y a une source de danger.

Certains ours dans certaines régions en viennent à tolérer la présence du chasseur sur place. Ces ours craignent souvent plus la présence de congénères sur place. Les gros ours ne font pas exception à cette règle. Par contre, plus souvent que les sujets moyens, les gros ours n'aiment généralement pas la présence de l'humain et n'y reviendront qu'une fois la nuit tombée.




Le couvert mature
L'élément primordial à rechercher pour récolter de gros ours, c'est la forêt mature. Ensuite, choisissez un emplacement qui empêchera les ours de vous contourner sous le vent. Une falaise, un flanc de montagne trop dégagé pour qu'il s'y aventure, un lac, une rivière, etc., font bien l'affaire. Il ne faut pas qu'il puisse aller chercher le vent.
 
Chasser dans le ciel ou complètement au sol.
Je préfère chasser dans le ciel qu'au sol. Lorsque l'on parle de travaux sylvicoles (jardiner la forêt), le ‘'ciel'' décrit l'endroit où les branches des arbres remplissent l'espace disponible en hauteur.
 
Lorsque l'on chasse sur un affût, cet affût ne devrait jamais être plus bas que le début de ce fameux ciel. Que ce soit pour chasser le chevreuil ou l'ours noir, jamais il ne faut qu'il puisse percevoir de mouvement. C'est incroyable le nombre de fois où j'ai vu des ours lever la tête pour me regarder sur le mirador. Un jeune ours ou un juvénile vous regardera et ira à l'appât la plupart du temps. Souvent même il prendra une gâterie en vitesse et s'enfuira pour aller la manger plus loin. Quelques minutes plus tard il reviendra et s'installera à table pour de bon. Mais les gros sujets ne vous offrions pas souvent ce spectacle. Ils vous auront détecté avant même que vous ne le sachiez et en ayez connaissance. Un ours mature vous verra à coup sûr si vous n'êtes pas dans le ciel. Le fait d'être dans le ciel vous coupera de toute visibilité à plus de 35 mètres de l'arbre dans lequel vous êtes.

À moins que vous ne réussissiez à être complètement immobile comme certaines femmes le font si bien à l'affût, je vous conseille de monter le plus haut possible. Il y a moyen de choisir un arbre de fort diamètre pour fondre votre silhouette dans celui-ci, mais n'en espérez pas trop si comme moi vous ankylosez rapidement.
 
Les insectes aussi peuvent vous forcer à bouger. Certains chasse-moustiques sont très efficaces et les vapeurs s'élimineront vers le ciel si vous êtes haut. Dans le cas contraire les ours sentent ce gaz. J'utilise personnellement ces accessoires mais je ne chasse que rarement au sol. Quant je chasse au sol je suis très discipliné avec la direction du vent et je résiste à la tentation d'y aller si le vent n'est pas en ma faveur.




Évitez de les éduquer
Avec le temps, je suis devenu un bon chasseur de gros ours. Tout comme pour une stratégie de chasse au gros Buck chevreuil ou orignal, votre meilleure chance de succès sera la première fois que vous chasserez le site. L'effet de surprise peut vous mener au succès.
 
Évitez de chasser le site à mauvais vent .Pour savoir quel vent éviter, attendez quelques jours après que votre site a débuté de recevoir des visites régulières des ours du secteur.
 
Après, il y a des marques sur le sol qui vous indiqueront la provenance et la direction de vos ours. Les traces de pas dans la mousse ou les feuilles, les excréments et bien d'autres indices deviennent vite apparents. Prenez le temps de fouiller le terrain sur une bonne superficie. Vous bouleverserez alors l'environnement et stresserez vos ours, mais ce sera la seule fois que vous devrez le faire.
 
Les ours arrivent souvent par le même sentier, ils vont même souvent marcher dans leurs anciennes traces. Vous pouvez maintenant savoir de quelle direction vos ours arrivent. En connaissant leur provenance, vous serez en mesure de savoir de quelle direction de vent vous devrez vous éviter de chasser. Évidemment, l'animal peut tenter de vous contourner pour sentir; mais si vous mettez toutes les chances de votre coté vos occasions augmenteront rapidement.
 
Préparez deux sites.
Avec deux sites de chasse vous éviterez la tentation de chasser votre meilleur à mauvais vent. Mieux vaut chasser un moins bon site un soir que de chasser à mauvais vent votre meilleur. De toute façon, les ours de petite et moyenne taille risquent fort bien de vous rendre visite quant même avec un mauvais vent et ceux ci vous aideront à contrôler vos envies d'aller où sont vos gros ours. En plus vous multipliez vos chances d'avoir de gros spécimens sur deux sites plutôt qu'un seul. L'idéal pour ne pas nourrir les mêmes ours aux deux sites est de distancer ces deux sites d'au moins 5 kms de façon linéaire. De plus avec cette distance dans un cas ou un ours douterait de votre présence, il n'aura pas l'option d'aller à votre autre site.
 
Le mauvais temps
Connaissez-vous beaucoup de chasseurs d'ours qui aiment le mauvais temps?
J'ai récolté 3 de mes 4 gros ours des 5 dernières saisons par des journées de mauvais temps; pluie, vent et même sous des orages. Le mauvais temps, tout comme pour les autres gibiers stimule beaucoup les gros ours à bouger et se nourrir plus tôt en soirée. Ils n'ont plus autant de facilité à nous sentir. Les vents tourbillonnent et sont très instables et la pluie délave nos odeurs laissées au sol lors de notre passage pour nous rendre au site. Les ours se servent souvent de notre sentier d'accès au site pour analyser si nous avons fait un aller-retour ou un aller-simple pour les attendre sur place. J'adore les journées de mauvais temps pour leurs possibilités de chasse et non pour le confort.


Comment chasser au sol efficacement en forêt mature.
Vous n'êtes pas à l'aise en hauteur! Alors chassez au sol près de vos appâts.
 
Pour réussir votre chasse, vous devrez apprendre à vous fondre dans l'environnement et à en faire partie. Il vous faut attendre votre ours bien dissimulé dans l'habitât. Plusieurs options s'offrent à vous.
 
La tente de chasse
La tente de chasse doit être bien camouflée dans un fourré dense. Il est très important de l'installer quelques jours à l'avance .Les ours sont curieux, donnez leur le temps d'aller investiguer la tente. Ils y entreront même. N'y installez pas votre tente la plus dispendieuse, car parfois les ours aiment détruire le bien d'autrui. Placez votre tente de façon à n'avoir qu'une seule fenêtre à ouvrir et que celle-ci soit du coté de l'arrivée anticipée des ours. Si vous ouvrez votre fenêtre face à l'action, ils vous verront à coup sûr. Un chasseur, droitier ouvrira la fenêtre sur sa gauche et un gaucher sur sa droite afin d'avoir déjà l'arme pointé du bon coté. Si vous ouvrez plusieurs fenêtres, la lumière entrera et le moindre de vos mouvements sera amplifié par les ombrages projetés sur les murs intérieurs et extérieurs de la tente. Un ours a une très bonne vue, surtout de près. Rappelez-vous que de toute façon, vous chassez les gros et ceux-ci sont à l'aise sous couvert mature; alors ils seront proches de vous. Soyez maître de vos émotions et combattez l'envie d'ouvrir plus d'une fenêtre. Oui vous serez par moment légèrement inquiet de ne pas voir tout autour, mais c'est le prix à payer si vous chasser dans une tente au sol. Ils savent qu'elle y est et la moindre erreur fera fuir votre ours.
 
Caché au sol
Personnellement, si je chasse au sol, je préfère de ne pas leur laisser savoir où je serai. Ils ne savent pas où scruter afin de me trouver. J'arrive au site, je me cache à environ 25 mètres en retrait, sous de gros conifères, derrière un énorme tronc d'arbre, une grosse roche ou un arbre renversé. La satisfaction lors de réussite en est grandement augmentée avec cette approche au naturel. Les avantages de cette approche sont nombreux pour celui qui est capable de demeurer immobile durant quelques heures avec son arme pointant déjà dans la bonne direction. Parfois, je tiens déjà mon arme accotée sur mon genou gauche avec vue sur l'endroit de l'action anticipée.
 
Avant de vous installer, n'oubliez pas d'enlever sur le sol tous débris, feuilles sèches et branches qui pourraient craquer sous votre poids et vos petits mouvements de fessier. Un accessoire répulsif à insectes est incontournable car vous êtes en guerre avec les moustiques et les mouches noires. Encore faut il que le vent soit en votre faveur.
 
Cette façon de chasser procure une forte dose d'adrénaline lorsque l'action est au rendez-vous. Ayez votre poivre de Cayenne tout près de vous, déjà sorti de votre sac à dos. Une arme enrayée, un tir manqué ou une femelle craignant pour ses petits peuvent vous surprendre en tout temps. Soyez toujours prêt. Vous remarquerez que ce n'est pas un mode de chasse relaxant, mais combien stimulant.


Le Pit-Blind
Voici une méthode qui m'a procuré beaucoup de succès tant à la chasse à l'ours qu'à la chasse au chevreuil. Les Anglophones nomment ce type d'affût ‘'Pit-Blind''. Exactement comme pour la chasse des oiseaux migrateurs, je me creuse un trou dans le sol.
 
La règle d'or consiste à ne jamais faire de trou pour s'y cacher en terrain plat. L'eau y stagnera comme dans un petit étang et vos efforts auront été inutiles. Il faut un flanc de montagne ou du moins un terrain en pente.
 
Creusez votre trou assez creux pour vous y assoir confortablement de coté ou face à l'action. Moulez-vous un bon siège confortable dans le sol. J'aime bien y étendre une toile géotextile épaisse pour éviter d'être assis directement dans l'humidité du sol. Légèrement recourbé sur vous-même, tout ce qui devrait dépasser de votre trou est votre tête et vos épaules.
 
Vous étirerez votre corps lentement pour placer votre arme en joue. Votre arme justement doit toujours être installée sur le rebord du trou en direction de l'arrivée des ours. Plus vous serez haut à flanc de montagne, meilleure sera votre vision sur l'environnement du site et plus vous serez en mesure de voir l'ours sans être vu.
 
Les ours iront sentir le trou, ils y descendront mais s'en désintéresseront rapidement, ce n'est que de la terre, il n'y à rien à craindre pour eux.
 
Conclusion
Au fond, après m'avoir lu, vous devez comprendre que pour chasser les gros, tout ce qu'il faut c'est de penser différemment. Les miradors classiques en panneaux de contreplaqué à 10 pieds de hauteur ne font pas de miracle auprès des gros ours. Oui, à l'occasion, il se récolte de beaux spécimens de cette façon, mais n'oubliez jamais que ce sont chaque année les mêmes chasseurs qui récoltent les gros ours au Québec. Est ce qu'ils font quelque chose de spécial? Non, ils pensent différemment et ne sont pas prévisibles.
 
En bout de ligne, certains diront : ‘'baaahh'' ; n'importe quoi!'' La chasse à l'ours, tu mets une dump (tas d'ordure) à terre et le tour est joué. Allez donc essayer ça pour un ours de 300 livres. Voilà le défi est lancé.

​Bonne chasse !

Charles-Henri Dorris

Un fait vécu en 2016
J'avais récolté le mien, un gros sujet de 300 livres. Mon ami Stéphane était aux prises avec un gros ours futé. L'ours était monstrueux, plus de 375 livres. Le même soir où j'ai récolté le mien, Stéphane a eu une occasion en or de prélever le monstre. Au moment où le monstre s'apprêtait à sortir du dernier bouquet d'arbre qui empêchait Stéphane de prendre son tir, l'ours se leva sur ses pattes arrières, huma l'air un moment, retomba sur ses quatre pattes et prit la fuite à la vitesse d'un lièvre. Stéphane savait que son monstre l'avait senti.
 
Pourtant, nous étions en Abitibi, loin des passages réguliers d'êtres humains. Le monstre ne lui avait donné aucune chance.
 
Le lendemain soir, j'ai accompagné Stéphane pour filmer sa chasse. Nous réservions une surprise au monstre.



Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*