Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

POUR DES MEILLEURES PHOTOS D'AUTOMNE par Christian Autotte

Fatigué des  même vieilles photos d'automne ? Il est peut-être temps d'essayer quelques nouveaux trucs et accessoires pour pousser vos photos au prochain niveau.
 
UTILISEZ UN POLARISEUR

J'oserais dire que la majeure partie des images d'automne publiées en magazine sont réalisées avec un polariseur. Les filtres polariseurs peuvent éliminer les reflets causés par la couche cireuse qui recouvre les feuilles, et par le fait même saturer leurs couleurs. Ils sont également bien connus pour améliorer le bleu du ciel et réduire les réflexions sur l'eau. Les polariseurs sont les filtres parmi les plus chers, mais ils doivent être considérés comme accessoires essentiels pour tout photographe intéressé par la photo de paysage. Aucun effet ou filtre de Photoshop ou autre logiciel de traitement ne peut répliquer l'effet d'un filtre polariseur. Il ne s'agit pas d'une simple augmentation de la saturation, mais bien d'un effet physique qui doit être vu pour être cru.
 


SI ÇA BOUGE, DONNEZ-LUI DU TEMPS…

Les feuilles d'automne peuvent bouger de bien des manières, les deux plus communes étant lorsqu'elles flottent sur l'eau ou sont agités par une brise sur leur branche. On peut être tenté de figer leur mouvement avec une vitesse rapide, mais pour un effet différent tentez plutôt d'allonger l'exposition un peu plus.

En plein soleil, la vieille règle  d'exposition « f/ 16 au soleil» nous donne un temps d'exposition de 1/100 à f/16 pour un ISO de 100 (la vitesse correspond à l'ISO à f/16). En fermant le diaphragme à f/22 on peut baisser la vitesse à 1/50, pas vraiment mieux pour commencer à créer des effets intéressants. Il faut faire appel à un autre filtre pour obtenir des résultats vraiment intéressants : un filtre de densité neutre. On peut les obtenir en diverse densité; ma préférence est d'y aller à fond avec un filtre de 10 stops. A f/22 notre vitesse tombe alors à 10 secondes en plein soleil. Ajoutez un polariseur et on peut descendre jusqu'à to ou 20 secondes en plein jour, ou même obtenir des vitesses encore plus longue une journée nuageuse ou en fin de journée.

Une autre façon de faire bouger les feuilles d'un arbre, et même l'arbre au complet, est en bougeant délibérément l'appareil durant une pose longue. Au lieu de monter l'appareil sur un trépied, ce qui est toujours recommandé pour les poses longues, on tient l'appareil à la main et on bouge lentement de haut en bas durant une exposition de quelques secondes. Les résultats ne sont pas toujours concluants, mais lorsque les astres s'enlignent parfaitement la photo qui en résulte peut surprendre.




ALLER À L'EXTRÊME LIMITE.

Toujours utiliser le même objectif lorsque l'on photographie des feuilles d'automne résulte en des images qui sont très similaires : la même perspective, le même rendu. Aller aux longueurs focales  extrêmes peut changer radicalement l'apparence de vos images. Des optiques très courtes placent les feuilles dans leur environnement en montrant le paysage en arrière-plan. À l'opposé, une focale très longue isole le sujet et élimine un fond qui manque d'intérêt. La plupart des photographes amateurs n'utilisent pas leurs optiques à leur plein potentiel, choisissant le grand angle seulement pour les paysages et les longues focales pour les sujets éloignés. Prenez la peine de marcher un peu plus et vous pourrez profiter de ces effets de perspective.


VOIR LES CHOSES SOUS UN AUTRE ANGLE.

Toujours photographier les choses du même angle est équivalent à toujours photographier avec la même longueur focale : toutes vos images se ressemblent. Les feuilles d'automne peuvent se trouver sur les arbres ou au sol, dans une mare ou dans un ruisseau aux eaux courantes. Si vous photographiez toujours en position debout essayez de lever la tête. Plutôt que toujours photographier les feuilles au sol en regardant directement de haut en bas, tentez de descendre au niveau du sol pour choisir un angle plus horizontal. Jouez avec la profondeur de champ : il n'est pas toujours nécessaire d'avoir une profondeur de champ maximale. Photographiez avec le soleil derrière les feuilles; vous pouvez même aller jusqu'à inclure le soleil dans l'image…


AJOUTEZ UN PEU DE LUMIÈRE.

Une journée nuageuse peut souvent être un avantage pour obtenir un éclairage doux et uniforme, parfait pour la macro et les paysage forestiers. Tant qu'il n'est pas inclus dans l'image, un ciel couvert sera souvent gagnant. Mais avec certains sujets un tel éclairage peut se révéler « fade » et trop « plat ». L'utilisation judicieuse d'un flash portable peut faire toute la différence.

Avec des feuilles au sol, essayez de  sous-exposer la lumière naturelle de la scène pour ensuite pointer le flash sur les feuilles en avant-plan. Avec des feuilles encore sur les arbres, un coup de flash en contrejour peut faire ressortir les feuilles du fond. Les deux approches créent des images qui se démarquent de la compétition.
 
Comme toujours en photographie,  il faut garder l'œil ouvert et expérimenter avec de nouvelles approches. Les photos qui en résultent ne sont pas toujours à la hauteur, mais les autres auront de quoi surprendre…
 



Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*