Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net

La chasse au coyote

 

Cette chronique est le résumé de la présentation que Dominic nous a livré lors de la journée chevrueil.net 2010.

Présentation

Bonjour à tous et bienvenue à une autre édition souper rencontre de chevreuil.net. Avant de commencer, j’aimerais remercier Pierre Chabot de m’avoir invité ici en tant qu’animateur, mais plus important, de me donner la chance de rencontrer les membres avec lesquel s j’ai échangé aux cours des dernières années.

Je suis ici afin d’échanger et de partager avec vous mes connaissances sur le coyote, les techniques de chasses à utiliser, les astuces, l’évaluation du terrain, l’équipement nécessaire et les calibres à utiliser. Le succès est dans les appels et la connaissance des vocalisations du coyote.

Cette présentation sera simple et dirigée principalement aux chasseurs peu expérimentés dans le domaine, alors ceux qui ont déjà de l’expérience, soyez patient et qui sait, vous apprendrez peut être une chose ou deux.

Historique du coyote

Les premiers coyotes auraient été récoltés au Québec vers la fin des années 40. Il serait arrivé de l’Ontario par l’état de New York et se serait accouplé avec le loup rouge qui lui-même serait un hybride du loup et coyote pour devenir ce qui est aujourd’hui à la souche, le coyote de l’Est (ref : Wikipedia). La principale raison de l’arrivé du coyote non seulement au Québec, mais dans la majorité des Provinces du Canada, est la dispersion du loup plus au nord. Le loup est l’un des contrôleurs les plus efficaces de la population de coyote, ainsi, avec la disparition du loup, le coyote a fait son arrivé. La raison principale que le loup ne tolère pas le coyote est simple, compétition pour la nourriture au même titre que le coyote ne tolère pas le renard. Certaines régions au Nord de la Province de l’Alberta contiennent très peu de coyote à cause de la présence du loup.

Il existe 19 sous-espèces de coyote en Amérique, du canal de Panama jusqu’en Alaska; donc le coyote que l’on retrouve dans l’est est différent de celui de l’ouest, de par sa masse et sa coloration.


Évolution de la chasse aux coyotes au Québec

La chasse au coyote existe depuis longtemps au Québec, mais seulement quelques individus se spécialisaient dans cette chasse. Avant l’arrivé de l’internet, on pouvait lire une fois aux 2 à 5 ans un article qui paraissait dans les revues de chasse et pêche . Souvent, ces articles étaient incomplets à cause de l’espace dévolu à de telle chronique. La chasse au coyote, ça ne s’apprend pas en 3 pages. Ça fait tout près de 5 ans que je parle de la chasse au coyote sur les forums du Québec; j’y raconte mes histoires et je poste des images afin de susciter l’intérêt des chasseurs en général. Je m’aperçois que la popularité de cette chasse commence à prendre de l’ampleur au Québec et c’est bien. J’espère que cette popularité va continuellement progresser.

Équipement
  • vêtements

Pour chasser le coyote l’hiver, il faut être habillé chaudement parce que vous serez à l’affût pendant un minimum de 30 minutes par spot. Alors de bonnes bottes chaudes, des gants chauds et une tuque feront une grande différence, alors soyez préparé. Les vêtements de type camouflage sont indispensables pour pratiquer cette chasse. Les vêtements tout blanc, c’est bien, mais ça ne brise pas assez votre silhouette, surtout si vous avez en arrière plan un fond de sapinage ou épinette; de plus, lorsque vous faite face au soleil, vous être très voyant. Le camouflage blanc entrelacé de motifs d’arbustes est de loin le meilleur. Cependant, il est plus coûteux. L’automne, le ‘’ghilli suit’’ est l’un des meilleurs camouflages disponibles.

  • Sac à dos

Un sac à dos c’est peu dispendieux et vous pouvez placer tout ce dont vous avez besoin afin d’effectuer une chasse fructueuse; le miens est vieux et usé à la corde, mais il contient toutes les choses qui me sont utiles pour la chasse au coyote. Alors un petit sac à dos avec beaucoup de poches.

  • Appeaux

Ce n’est pas compliqué, pas d’appeau, pas de coyote. Les sortes d’appeaux ne sont pas très important, il s’agit de prendre ce qui fonctionne pour vous. La plupart de mes appeaux sont à hanches ouvertes parce que normalement, ils ne gèlent pas facilement comparé à ceux à hanches fermées. Mais en temps humide, je présume que ceux à hanche ouverte auront tendance à geler aussi, alors gardez les au chaud sous vos vêtements entre vos séances d’appels.

  • Carabine

La marque de carabine que vous utilisez n’est pas importante, car le coyote ne voit pas la différence. Le calibre dépend de vos besoins, de votre compte en banque et de ce que vous voulez faire avec le coyote une fois récolté. Je parlerai plus loin des calibres à utiliser et de la diversité de leurs fonctions.

Évaluation de terrain

Avant de pouvoir faire une évaluation de son terrain, il faut premièrement avoir accès à du territoire. Avoir la permission sur 10 acres, c’est mieux que rien, mais 5 à 10000 acres seraient encore mieux. Afin d’avoir autant de terrain, ça prend plusieurs années de prospection et de demande de permissions, mais c’est ce que ça prend pour vraiment apprécier cette chasse et par le fait même, avoir du succès.

Chasser le coyote n’est pas difficile, mais ça prend du territoire.

Ce n’est pas très difficile d’obtenir la permission des fermiers pour chasser le coyote sur leur terre, car pour eux, la plupart du temps, le coyote est une nuisance de par leur manque de connaissances de l’animal. Souvent, leur ignorance des mœurs du coyote vous permettra d’engager une bonne conversation amicale avec eux, ce qui rend votre tâche plus facile. Lorsque vous demandez la permission, la courtoisie est de mise. Les fermiers aiment bien discuter de leur entreprise, alors engager votre conversation autour de celle-ci et vous vous ferez un ami. Malgré les mythes entourant le coyote, il est souvent l’ami du fermier, car celui-ci le débarrasse des carcasses.

Établir un rapport personnel avec le fermier est très important, de plus il serait avantageux de discuter des paramètres selon les attentes du fermier. Toujours respecter sa volonté et si vous désirez faire l’utilisation de carcasse ou d’appâts, toujours en discuter avec lui au préalable.

  • Prospection

Avant de chasser sur une nouvelle terre, il est important de faire une bonne prospection du territoire afin de connaître les allés et venues du coyote. Alors une bonne marche en périphérie afin de récolter le plus d’information est de mise, car votre succès en dépend. Si vous avez beaucoup de territoire, gardez-vous un aide mémoire avec le résultat de vos expériences dans chacun de ceux-ci. Ça vous aidera au cours des années à développer des tactiques propres à votre territoire. Quoi regarder sur le terrain? Sur le bord des champs, les scats, les pistes, les stations d’urinage et les sentiers empruntés. L’information récoltée vous permettra de déterminer la meilleure place à vous installer.

  • Vent

L’évaluation du terrain doit toujours être faite en considération de la direction du vent. Donc, le choix de votre position dans un champ est primordial à votre succès. C’est difficile parfois de se trouver un emplacement qui coïncide avec tous les critères déterminants, mais vous devez trouver un emplacement qui satisfera non seulement votre position face au vent, mais une qui vous offrira une vue sur l’ensemble de votre territoire afin de voir tout coyote essayant de vous contourner. Si vous trouvez un emplacement où vous aurez non seulement un vent de face, mais le soleil dans le dos, vous êtes gâté, car non seulement le coyote ne peut vous sentir, il aura une grande difficulté à voir vos mouvements.

Emplacement de chasse
  • Au champ
Chasser le coyote dans les champs ou grandes plaines est la façon la plus populaire de chasser dans l’Ouest. La plupart des champs dans l’Ouest canadien sont de ¼ de section ou 162 acres. Ils sont entrecoupés de lisière de feuillu ou d’épinette et pain gris. Les coyotes abondent dans ce genre d’environnement et même si vous n’avez pas la permission dans les champs voisins, vos appels peuvent faire venir des coyotes sur une distance d’un kilomètre.
  • Au bois

Cette façon de chasser est la moins populaire, la moins lucrative et la plus difficile. La raison pour laquelle c’est la plus difficile est que vous êtes entouré de bois et les coyotes peuvent vous contourner trop facilement. À moins que les coyotes se présentent de pleine face, vos chances seront presque nulles.

  • À l’affût

Il y a peu de désavantages de chasser à l’affût, mais un des problèmes est que si vous installez des ‘’Tree Stands’’ dans touts vos emplacements, ça va coûter chère en bout de ligne et vous risquez de vous les faire voler. De plus, lors de l’approche finale du coyote, si vous utilisez des ‘’lip squeak’’ pour faire avancer votre coyote plus près afin de faire un tir à une distance raisonnable, vous sèmerez le doute et il risque de figer. Par contre, le tree stand offre une vue sur une plus grande distance, vous permettant ainsi de gérer vos appels en conséquence du déplacement du coyote.

  • Au sol

Chasser au sol est la méthode la plus populaire, il s’agit de trouver un emplacement où vous aurez une vue d’ensemble de votre territoire. Il est important de se placer de façon à ce qu’il y ait des buissons derrière nous afin de se confondre avec l’environnement.

Techniques de chasse
  • Appâtage

Personnellement, je n’utilise pas l’appâtage comme technique de chasse, car ça demande trop de mon temps. Je préfère de loin les appels sur une multitude de terre. Si les fermiers déposent des carcasses à un certain endroit dans ses champs, je vais certainement aller faire une prospection et y faire des appels. Je n’utilise pas non plus des leurres olfactifs pour la chasse au coyote, c’est une perte d’argent à mon avis. Pour le trappage, les leurres sont les meilleurs amis du trappeur.

  • Avec appeaux

L’utilisation d’appeaux avec techniques d’appels est la méthode la plus populaire de chasser le coyote et l’une des plus efficaces à mon avis. Mon succès est basé sur l’utilisation de vocalisations diverses.

Types d’appeaux

  • Appeaux à hanche fermée

Les appeaux à hanche fermée sont les plus faciles à maîtriser, il ne suffit que de souffler dans le bec afin de produire des sons. La force avec laquelle vous soufflez dans l’appeau déterminera la qualité et le volume. Les appeaux à hanche fermée sont normalement utilisés pour faire venir des coyotes sur de courtes distances. Si vous soufflez trop fort dans ce genre d’appeau, le son distorsionne et malheureusement, le coyote profitera de votre mégarde et vous ne le verrez pas. Un des désavantages de ce type d’appeau est qu’il gèle facilement par temps froid à cause de l’accumulation de salive et condensation sur la languette en métal. De plus, l’ouverture de ce type d’appeau est très petite, ce qui facilite les blocages par temps froid. Afin de minimiser cette lacune, il suffit de placer vos appeaux dans votre manteau pour les garder au chaud.

  • Appeau à hanche ouverte

Les appeaux à hanche ouverte peuvent être placés dans plusieurs catégories. Ceux à languette large, étroite, longue distance et courte distance.

Les appeaux avec languette étroite sont plus faciles à maîtriser à cause de la surface minimale de la languette. Il suffit de placer vos lèvres ou vos dents sur la languette et dépendamment du son que vous voulez obtenir, il suffira de bouger de haut en bas de la languette pour changer le son. Placé vos lèvres sur le haut de la hanche et vous obtiendrez une tonalité grave. Plus vous descendez vers le bas de la hanche, plus les tonalités seront hautes. Ce type d’appeau est normalement fait pour faire des appels à courte distance, mais l’ajout d’une flûte permet de faire des sons qui portent loin.

Les appeaux à languette large, sont plus difficile à maîtriser parce que vous devez couvrir un surface plus large afin d’obtenir des tonalités de qualités. Tout comme les appeaux à languette étroite, la tonalité changera en bougeant vos lèvres de haut en bas sur la longueur de la hanche. Dépendamment des compagnies, ce type d’appeau viendra avec une flûte fixe ou une flûte amovible afin de créer des sons à longue ou courte portée. Le fait de pouvoir enlever la flûte de votre appeau, le rend versatile, ce qui est souhaitable.

  • Appeau à courte distance

Ce type d’appeau est utilisé au début de votre séquence d’appels de détresses au cas ou un ou des coyotes seraient près de vous. Les fortes tonalités au début risque d’effrayer vos coyotes, alors il est souhaitable de commencer bas; de plus, en commençant avec des tonalités basses, si un coyote est près, il aura l’impression que vous êtes plus loin. Ces appeaux sont utilisés aussi lors des derniers pas du coyote. J’en parlerai plus loin dans la présentation.

  • Appeau à longue distance

Cet appeau est utilisé pour obtenir un son très fort afin de rejoindre les coyotes, peu importe ou ils sont dans un rayon d’un kilomètre. Ce type d’appeaux est utilisé généralement pour produire des vocalisations de coyote comme les appels de location et les appels d’invitations. À l ‘occasion, un appel de défiance et le ki-yi peux être produit avec ce type d’appeau. Les appeaux avec flûtes amovibles, sont utilisés aussi pour effectuer des appels de détresses qui portent loin.

  • Appeau électronique

Ce genre d’appeau est la crème de la crème, surtout ceux de hautes gammes tels les Fury, FX3, FX5 et Prairie Blaster de la compagnie Foxpro. L’utilisation de ces appeaux est encore interdit dans quelques Provinces, mais l’Alberta a emboîté le pas en 2009 avec l’autorisation de les utiliser vu le grand nombre de prédateur. Le Québec suivra cette année avec une nouvelle réglementation sur l’utilisation de ce magnifique système pour le prédateur. Ces appeaux réduisent grandement l’erreur humaine et de plus, vous pouvez le placer de façon à ce que les coyotes se concentrent sur l’appeau et non sur votre présence, alors vos mouvements seront moins détectables. Ce système d’appels a comme avantage de garder vos mains libres afin d’effectuer un tir précis.

  • Appels continuels ou à alternance?

Il y a deux écoles de pensées à ce sujet. J’ai près de 25 ans d’expérience à la chasse au coyote et j’ai visionné à peu près toutes les vidéos et DVD sur le marché se rapportant sur la chasse au coyote. Plusieurs utilisent les appeaux électroniques et les laissent marcher jusqu’à ce qu’un coyote se pointe. En situation de chasse, est-ce vraiment le cas? J’ai peu d’expérience avec les appeaux électroniques parce que dans ma Province, ils sont légaux que depuis 2009 et de plus et ils sont très dispendieux. Avec les appeaux manuels, il serait très fatiguant de faire des appels sans arrêts, car à la fin de la journée, vous seriez très fatigué. Faite votre propre expérience et allé avec ce qui fonctionne pour vous.

Les outils du métier (appelants; électroniques et fixe)

L’utilisation d’appelant est un plus dans la trousse du chasseur de coyote. Ceux-ci attirent l’attention des coyotes sur l’appelant et non sur vous, vous permettant ainsi d’épauler à l’aise et d’effectuer un tir sans pression. Les désavantages de ces appelants est que vous devez les transporter. S’ils sont petits, y a pas de problème, mais si vous devez prendre une marche considérable avant d’arriver sur les lieux de votre chasse, c’est encombrant plus qu’autre chose.

  • Appelants électroniques

Il y a une panoplie d’appelants électroniques sur le marché. Lequel est le meilleur? Celui qui fonctionne pour vous, alors souvent vous allez devoir en avoir quelques-uns. Les appelants électroniques sont généralement petits, alors le transport n’est pas un problème majeur. La raison d’être de ces appelants est d’apporter l’attention du coyote sur l’appelant et non sur vous. Une fois le coyote aperçu, faite fonctionner votre appelant en même temps que vos appels, car les coyotes l’apercevront tout de suite. Le désavantage des appelants électroniques est qu’ils requièrent l’utilisation de batteries et celles-ci ont tendance à se décharger rapidement l’hiver, alors ayez toujours des piles de rechange avec vous.

  • Appelants fixes

Les appelants fixes se composent généralement de coyote, chevreuil et autres. Le but de ses appelants est de susciter l’attention sur ceux-ci et non sur vous. Les appelants fixes doivent être grandeur nature et démontable autant que possible afin de faciliter au transport. La raison pour laquelle ces appelants doivent être grandeur nature est que les coyotes ne les verront pas s’ils sont trop petits. La plupart des petits appelants sont électroniques. Les plus populaires sont les coyotes grandeur nature, car ils créer un élément territorial. Le désavantage de ces appelants est le transport si vous êtes à la marche.

  • Où les placers?

Les appelants devraient être placés en angle de 30 à 45 degrés, soit à votre gauche ou droite et dépendamment du vent. En prenant le vent en considération. Déposer l’appelant à votre droite ou à votre gauche sur une distance de 30 à 50 verges pour les appelants fixes ou moins pour les appelants électroniques dépendamment s’ils sont à fil ou à télécommande. Si votre appelant est à télécommande, 30 à 50 verges si la distance vous le permet.

Meilleure saison pour le chasser et les heures à préconiser

La meilleure saison pour chasser le coyote est le printemps et l’été parce que les couples sont déjà formés, les femelles sont enceintes et le mâle et la femelle protègeront leur territoire à tout prix afin de sauvegarder la nourriture pour subvenir aux besoins de la famille. C’est pareil l’été, car les femelles et les mâles protègeront leurs petits et par le fait même donner l’apprentissage nécessaire aux chiots afin d’apprendre à se défendre et défendre leur territoire. Malheureusement, la chasse au coyote n’est pas ouverte au Québec durant ces saisons, mais ici en Alberta, sur les terres privées, j’ai le droit de le faire. Question d’éthique, je ne pratique pas cette chasse hors saison même si je suis en toute légalité.

Faute de le faire tard le printemps et tôt l’été, les saisons les plus populaires sont tard l’automne, préférablement après la chasse au chevreuil pour ne pas déranger personne et parce que la pression est plus grande; et tard l’hiver après la saison d’accouplement. Lors du rut, les coyotes n’ont qu’une chose en tête et je n’ai pas besoin de vous expliquer j’en suis certain. Les appels de détresse fonctionnent, mais ça prend plus de temps avant qu’ils viennent et vos chances de succès seront réduites de beaucoup. Je reparlerai de la saison des amours plus tard dans ma présentation.

Après l’accouplement, une bonne partie des femelles seront enceintes et devront se nourrir d’avantage afin de subvenir à leur grossesse; donc les mâles et les femelles chasseront en couple. Au mois de mars, les appels de détresse fonctionneront très bien jusqu’en fin de saison.

Un coyote qui a faim est un coyote qui répondra bien aux appels de détresse peu importe l’heure, mais ils répondent mieux tôt le matin et tard en fin de journée. De plus, les calendriers de chasse suivant le calendrier lunaire est une très bonne indication des mouvements du coyote, alors combiné touts ces facteurs et vous devriez avoir du succès.

La saison des amours est la période de chasse la plus frustrante parce que les mâles et les femelles pensent plus à s’accoupler que de se nourrir. Par contre, il y aura une augmentation d’activité et vous verrez plus de coyote en mouvement . Les meilleures techniques d’appels durant le rut sont l’utilisation de vocalisations de coyote afin d’intéresser les mâles. Donc les appels d’invitations en utilisant des sons de femelle et les appels d’accouplement sont à préconiser. De plus, les vocalisations de défiance et vocalisations de deux coyotes se chamaillant couplées avec des sons de coyotes qui mangent une volée créer un aspect territorial puissant envers les mâles dominant. Durant la saison des amours, vous verrai souvent un mâle arriver accompagné d’une femelle.

Chasser le soir est une autre façon de récolter du coyote, ce qui est très productif parce que le coyote est très actif la nuit, mais malheureusement, cette activité est illégale à la grandeur du Canada. Au États-Unis, plusieurs États permettent la chasse aux prédateurs la nuit. Au Canada cette activité est bannie à l’exception des nations autochtones dans certaines provinces. Et ce, pour tous les gibiers.

Les appels de détresse

Peu importe la sorte d’appeau que vous utilisez, que ce soit à hanche ouverte, fermée, lièvre, lapin à queue blanche, Lièvre de Townsend (Jack Rabbit), pic bois ou chevreuil, un appel de détresse est un appel de détresse. Les coyotes ne les catégorisent pas. S’ils n’ont jamais entendu un certain appel, bien souvent ils viendront par curiosité. Voici quelques exemples d’appels de détresse :

-Lièvre de Townsend (Jack Rabbit PC2)

-Lièvre d’amérique (WLD)

-Lapin à queue blanche (PC1)

-Chiot coyote en détresse (diaphragme Primos bleu pour wapiti)

-Appel de détresse générique (Tal Lockwood)

-Appel d’oiseau en détresse (WLD)

-Appel d’oiseau en détresse (Psycho Tweety)

-Hand Squeak (technique d’approche)

-Mouth Squeak (technique d’approche)

-Lip Squeak (technique d’approche)

-Back of the Hand Squeak (technique d’approche)

Le lièvre de Townsend est l’un des plus gros lièvres en Amérique du nord. Son cri de détresse est très distinctif parce qu’il est très rauque en comparaison des autres lagomorphes du Canada. Néanmoins, c’est un animal à petite corpulence et ses poumons sont relativement petits. Les cris de détresse devront donc reflétés cet aspect. Les séquences d’appels sont de 20 à 30 secondes avec répit de 2 à 3 minutes.

Tout comme le lièvre de Townsend, les poumons du lièvre d’Amérique sont petits aussi, alors la tonalité des appels devra être courte. Les séquences sont comme mentionnées plus haut.

Le lapin à queue blanche est très commun sur la rive sud du Québec. Un appeau imitant son cri de détresse devrait faire parti de l’équipement de tout bon chasseur de prédateur. Tout comme les autres, les poumons sont très petits et la tonalité des appels devrait être écourtée. Les séquences demeurent les même tel que mentionné plus haut.

Le cri de détresse du chiot coyote est efficace en toute saison, car celui-ci créer un élément de protection qui est naturel chez le coyote, surtout chez les femelles. Celui-ci peut être utilisé par lui-même en effectuant des séquences de 3 à 5 secondes avec répit de 30 secondes. Ce cri de détresse est souvent utilisé afin de faire arrêter un coyote qui vous a senti ou détecté et qui est à la course. Ils s’arrêteront bien souvent juste assez de temps pour vous permettre d’effectuer un tir.

L’un des premiers appeaux à faire apparition sur le marché fut un appeau à hanche ouverte créé par Tal Lockwood. Son appeau est toujours sur le marché et démontre autant de succès aujourd’hui que dans le passé. Cet appeau n’est pas spécialisé, il est alors très versatile, car il peut imiter une panoplie de vocalisation…du coyote au lièvre. Les séquences sont les mêmes tel que mentionné plus haut.

L’appel de l’oiseau en détresse peut être réalisé à partir de n’importe lequel appeau à hanche ouverte sur le marché. Il suffit de placer les lèvres au bon endroit sur la languette, de souffler et de rouler la langue en appelant. Les séquences sont comme celles plus haut.

Cet appeau est très petit et la languette est fendue en deux, ce qui donne un son assez particulier à cet appeau. Il fonctionne bien avec le coyote, mais il est très bien pour faire venir le lynx roux. La technique est la même tel que mentionné dans le paragraphe plus haut.

Les vocalisations du coyote

Les vocalisations du coyote sont les moins compris de tous les appels parce que bien souvent, il y a une grande similarité entre chacun d’eux. Ces vocalisations sont utilisées afin de créer soit un élément social, territorial ou sexuel. Une bonne compréhension et technique de ces vocalisations, vous aiderons sans aucun doute à récolter plus d’un coyote dans votre saison. Voici quelques exemples de vocalisation de coyote :

-Appel de localisation

-Appel d’invitation

-Jappe de défiance du mâle

-Cri d’alarme

-Combat de coyote

-Appel du chiot en détresse

-Appel de la femelle en oestrus (gazouillis)

  • Appel de localisation

Les appels de localisations sont utilisés par les coyotes afin de connaître où les autres coyotes se situent sur le territoire. Cet appel a une tonalité très allongée suivi de deux jappes enchaînés d’une autre tonalité allongé.

Appel d'interrogation (Bill Austin).wav

Appel d'interrogation femelle DT RDH.wav

Appel d'interrogation Male DT RDH.wav

Appel Interrogation, femelle adulte WLD.wav

Appel Interrogation, Male adulte WLD.wav

 

  • Appel d’invitation

Les appels d’invitation sont généralement produits par les femelles. La tonalité est de courte durée et est généralement assez aiguë. Les femelles font cet appel lorsqu’elles veulent de la compagnie.

Appel d'invitation femelle DT RDH.wav

Appel Invitation, femelle WLD.wav

 

Les mâles utilisent cet appel afin de déloger un intrus sur leur territoire. En principe, c’est un avertissement que du trouble s’en vient si l’intrus ne fout pas le camp. La tonalité est très courte suivi de deux ou trois jappes.

Lorsqu’un coyote n’est pas certain de ce qu’il sent ou si quelque chose cloche, il émettra cet appel afin d’avertir les autres qu’il y a quelque chose de louche. Généralement, les coyotes n’émettent pas de son lorsqu’ils ont la certitude que quelque chose ne va pas. Lorsque vous entendez ce son, c’est que le coyote est en doute et rien n’est perdu. Vous pouvez émettre des appels afin de les faire venir pareil et souvent, ça fonctionne.

  • Combat de coyote

Il y a très peu de sons émis lors d’un combat de coyote. Les mâles tourneront en rond avec la tête basse, le poil de la nuque et du dos hérissé, la queue entre les jambes afin de se protéger les couilles et la gueule grande ouverte en hissant afin d’intimider l’autre. Si l’intimidation ne fonctionne pas, les coyotes vont combattre et normalement, le perdant mange une volée et part en émettant des sons de défaites tel le ki-yi.

L’appel du chiot en détresse peu être utilisé afin de faire venir des femelles et parfois des mâles. Même si la saison des chiots est terminée, les femelles ont toujours l’instinct de protéger les petits et viendront à cet appel. Celui-ci peut être utilisé aussi lorsque vous voulez faire arrêter un coyote à la course qui vous a vu.

L’appel de la femelle en oestrus est le moins compris des appels. La femelle émet ces sons afin de préserver l’espèce. Rare sont les femelles qui ne sont pas accouplées lors du rut. Alors cet appel est utilisé afin de faire venir des mâles et de les exciter afin qu’ils copulent. Les mâles ne s’accouplent qu’une fois par année et les femelles seront prêtes avant les mâles généralement. Elles émettront ces sons tout en graffignant et mordant le mâle dans les flancs afin d’encourager la copulation. Étant un appel à la préservation, tous les mâles du coin seront affectés par cet appel, juvéniles et matures. Les femelles viendront à cet appel aussi, car elles veulent savoir quelles autres femelles se font accoupler sur leur territoire.

Même si cet appel est utilisé par les femelles dans le temps du rut, il fonctionne bien à l’année, car il créer élément de curiosité.

L’appel a une duré de 2 secondes, en émettant 4 à 5 gazouillis. Cet appel peut être utilisé en succession pendant 30 minutes.

Scénarios de chasse avec appel de détresse et vocalisation de coyote

Il y a deux écoles de pensée concernant les appels de détresse : une qui prône les appels continus pendant le temps que vous êtes à votre place d’appel, et une autre qui prône les appels avec pauses entre les appels. Il est difficile de produire des sons sans arrêt avec un appeau manuel parce que je vous garantie que vous allez être brûlé avant 30 minutes, par contre, les appeaux électroniques peuvent suivre cette ligne de pensée. En hiver, les appeaux électroniques sont assez dures sur les piles, alors il n’est pas rentable de faire des appels sans arrêt à mon avis

En saison, vos sets devraient être un minimum de 30 minutes afin de convaincre les coyotes réticents ou ceux qui sont à bonne distance de venir à votre rencontre.

En arrivant sur votre site de chasse, attendez quelques minutes et débuter avec des appels de détresse de votre choix; soit 30 secondes d’appels et 2 à 3 minutes de pause et recommencer; faite ceci sur une période de 30 minutes. Vous pouvez varier vos sets de façon à savoir ce qui fonctionne sur vos territoires.

Les vocalisations de coyote peuvent être utilisées afin d’introduire des éléments territoriaux, soit; commencez avec un appel de localisation et attendez quelques minutes. Vous n’aurez pas toujours de réponse à cet appel, surtout si celui-ci est mal fait, mais souvent les jeunes mâles et femelles viendront voir par curiosité, alors soyez toujours prêt même si vous croyez vos chances très minces. Les appels de location vont souvent faire venir les mâles dominants vers vous, car ils sont très territoriaux, surtout à l’approche du rut. Alors après avoir fait un appel de localisation, afin d’introduire un aspect territorial, faite des appels de détresse de votre choix pour le restant de votre set. Ceci aura comme effet de faire croire aux coyotes du territoire qu’un coyote d’un autre territoire est entrain de manger leurs bouffes.

Un autre scénario basé sur un élément territorial est de faire comme mentionné plus haut en y rajoutant un appel de défi et quelques minutes plus tard, simuler une bataille entre 2 coyotes en ajoutant des ki-yi’s. Ceci à comme effet de faire venir les coyotes du coin afin d’assister ou de pourchasser les intrus.

Les appels d’invitations sont utilisés par les coyotes recherchant de la compagnie. Ces appels sont généralement produits par les femelles ou jeunes mâles. Les femelles feront cet appel plus souvent à l’approche de la saison des amours. Il peut être utilisé avec les scénarios mentionnés plus haut. Garder en tête que plus vous faite des appels, plus vous avez la chance de commettre des erreurs.

La saison des amours

La saison des amours chez le coyote débute normalement entre la 3 ième semaine de janvier jusqu’à la mi-février dépendamment des régions. L’effet responsable du rut est la photo période, c'est-à-dire que le montant de lumière dans une journée détermine le début et la fin du rut.

Lors du rut, les mâles et les femelles sont beaucoup plus actif que la normal. Ils deviennent beaucoup plus visibles et commettront des erreurs telles que sortir en au milieu d’un champ en plein jour, même voir dormir dans celui-ci à la vue de tous. Par contre, ils viennent moins aux appels de détresse et quand ils le font, ça prend plus de temps. Les vocalisations de coyote sont à préconiser lors du rut. Les appels d’invitation, les appels de femelle en œstrus et les simulations de combat fonctionnent très bien. Quand les mâles viennent aux appels d’invitations, ils seront souvent accompagner d’une femelle.

En résumé, dans la période rut, les coyotes répondent moins bien aux appels de détresses.

Les derniers pas

L’une des plus grandes difficultés des chasseurs de coyotes est de faire approcher celui-ci afin d’effectuer un tir propre et précis. Il existe des méthodes d’approches qui sont très efficaces et très peu coûteux. Entre-autre, un appeau manuel appelé ‘’squeaker’’ lorsque bien utilisé produira des sons que les coyotes ont de la difficulté à résister. Si le squeaker ne vous intéresse pas, vous pouvez toujours reproduire ces sons avec votre bouche.

Back of the Hand Squeak.wav

Hand Squeak.wav

Lip Squeak.wav

Mouth Squeak.wav


Les erreurs communes

Les erreurs communes ne sont pas seulement commises par les débutants, mais par les chasseurs d’expériences aussi. Voici quelques exemples :

-Mauvaise prospection de son territoire

-Prospection le même jour de la chasse

-Se placer à mauvais vent

-Se placer trop loin dans les buissons

-Manque de patience

-Frustration

-Mouvements délibérés

-Mauvais camouflage

-Soleil dans le visage

-Mauvais tir (coyote manqué)…etc.

Les canidés sauvages apprennent par association et par expérience, car leur survie en dépend, ils sont rusés et contrairement au canidé domestique, ils ont un instinct très développé et un talent de débusquation hors de ce monde. Si un coyote vous sent ou vous voit lorsque vous faite des appels, ils associeront immédiatement vos appels avec la présence humaine et il vous sera difficile de les faire venir la prochaine fois, mais rien n’est perdu, il suffit de laisser la place respirer et de varier vos appels la prochaine fois. L’éducation des coyotes est la pire chose qui puisse vous arriver. Afin d’éviter ceci, il faut avoir beaucoup de territoire pour laisser celui affecter respirer pour quelques semaines. La pratique des appels est de mise avant d’aller chasser.

Fourrure en saison

Si la fourrure du coyote vous intéresse et que vous voulez en faire quelque chose, le coyote est en saison du mois de novembre jusqu’en mars. Personnellement, à partir de la fin janvier dans mon coin, le coyote commence à avoir le poil pas mal frotté vers la fin janvier, alors je le laisse tranquille vers ces dates.

Les calibres appropriés

Il n’y a pas de calibre désigné pour le coyote selon les lois régissantes de la faune du Québec, alors vous pouvez utiliser le calibre que vous voulez, de la carabine à plomb jusqu’au calibre .577 si vous le voulez bien. Par contre, il en est à vous de décider de ce qui est éthiquement acceptable.

Les gros calibres sont appropriés pour le coyote si la fourrure vous importe peu. Ce qui est important est que vous puissiez faire un tir précis et abattre l’animal le plus rapidement et humainement possible.

Parmi les calibres spécialisés pour la chasse aux prédateurs on y retrouve:

-.25-06

-.257 Roberts

-.257 Roberts Ackley Imp.

-.243 Win. Et .243 WSSM

-.220 Swift

-.22-250,

-.223

-.22 Mag - .22 Hornet

-.204

Personnellement, j’utilise un calibre .204 Ruger parce que celui-ci à peu de recul, et il est très bien surla fourrure avec un boulet approprié. Ce calibre a une balistique et performance très similaire au .22-250 avec 1/3 de moins de poudre. Utiliser de tels calibres pour la chasse au coyote, demande parfois de faire des tirs à de longues distances, alors une lunette de visée avec une bonne puissance est de mise. La marque et le grossissement du scope est bien sure selon vos goûts et votre budget, mais en règle générale, une lunette devrait vous coûtez près du même prix que votre carabine…parfois plus. Les scopes à réticule spécialisé pour le prédateur sont à préconiser à mon avis, car bien souvent ils sont du type compensateur (vent et balistique)

Aménagement du coyote

Plusieurs croient que plus vous tuez des coyotes, moins il en aura. Sachez que le coyote une fois établie, est très difficile à déloger. Plus vous récoltez des coyotes sur un territoire, plus vous débalancé la population, ce qui enclenchera un instinct de survie chez le coyote afin de rétablir la balance. Une des problématiques est que l’année suivante, même les femelles qui ne sont pas normalement mature sexuellement, s’accoupleront et auront un bon nombre de chiots et il en sera de même l’année suivante. Ceci engendra une surpopulation jusqu’à ce que celle-ci se rétablisse de façon naturelle. Afin d’éviter un débalancement, une récolte de moins de 20% par saison est à conseiller.

 

L’éthique de chasse (respect du gibier)

La mauvaise réputation du coyote lui vaut un manque de respect de bien des chasseurs et ceux-ci prendront sans trop de questionnements le risque de faire des tirs qui normalement ils ne prendraient pas avec un gibier à viande. Le coyote se nourrit normalement de souris, lièvre et autres petits rongeurs l’hiver. Il est certain que le chevreuil fait parti de l’alimentation du coyote, mais ceci est une exception, car il doit y avoir des circonstances favorables, telle la profondeur de la neige. En temps normal, un chevreuil en santé est trop rapide et trop fort pour le coyote.

Je peux vous garantir en toute certitude que lorsque vous aurez appris non seulement le langage des coyotes, mais leurs mœurs sur le terrain, vous aurez un respect tout à fait différent, car tout être humain sait reconnaître les qualités d’un « challenge».

Je vous remercie de votre attention et j’espère que ma présentation a su vous plaire.

Si vous avez des questions concernant la chasse au coyote, je suis présent sur le forum et il me fera plaisir de vous répondre.

 

Dominic Imbeau. (Le 20 février 2010)

 


Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*