Chevreuil.net - Le site de référence pour le plein air au Québec




Suivre tous les blogues de Chevreuil.net
 
 
 
 

Projet de loi restrictive sur la taille des bois de la zone 6 : questionnements

J'ai toujours été un fervent militant en faveur d'une loi de protection des jeunes mâles au Québec. Aujourd'hui, le Québec franchi une étape et a finalement mis en place une loi restrictive sur la récolte des cerfs mâles en se basant sur le nombre d'andouillers de ceux-ci. Ce projet pilote à l'échelle d'une zone en particulier, la zone 6 qui plus est, sera en vigueur pendant 5 ans. Aujourd'hui, face à la situation et à la tournure des décisions prises, je remets en question mon appuie envers cette mesure restrictive…

Quels sont mes questionnements ?


L'an de comparaison zéro absente
Ce projet pilote étant en étude depuis plusieurs années, je me demande pourquoi l'année zéro n'a pas été prévue. L'an zéro, devant faire fit d'année de comparaison. À mon avis, pour qu'une étude soit vraiment valable pour comparer une période d'application de la loi restrictive de 5 ans, l'an zéro devrait être plutôt une moyenne sur 5 ans (même période que la durée de l'étude). De ce que j'ai compris, la comparaison sera faite avec la zone 7. Je m'interroge encore davantage puisque dans la zone 7, il n'y a pas plus de statistique quant à la taille des bois des individus prélevés. Encore plus bizarre, pourquoi comparer avec une autre zone dont la règlementation n'a rien à voir avec le projet de loi et dont l'historique de la zone n'a rien à voir avec celui de la 6 non plus. La zone 6 bénéficie du régime de la loi du mâle depuis longtemps alors que la zone 7 était réservé exclusivement à la chasse à la flèche pendant longtemps et encore aujourd'hui, nous ne pouvons y chasser à la carabine alors que dans la 6 c'est permis.  De plus, il est encore reconnu au Québec que la zone 7 produit encore malgré la réouverture aux fusils des cerfs coiffés de bois imposants. Certains diront, ce sont deux zones similaires de par leur localisation et topographie… similaire ne signifie pas identique. Une pomme et une poire c'est similaire, avec les deux ont peut faire des tartes, des compotes, les manger crues, les cuire, en faire des sauces etc…Mais ils n'en demeurent pas moins qu'ils ne sont pas identiques.  

Hypothèses émises à valider ou invalider
Une étude a toujours un but et ce but consiste à valider ou invalider des hypothèses. Bien que la ressource de la faune soit publique, j'ai eu beau chercher, il ne semble pas facile de connaître les hypothèses exactes qui seront mises à l'épreuve et lesquelles sont les favorites. Les favorites sont les hypothèses principales de l'étude. Est-ce que le but de l'étude est l'amélioration de la qualité de la chasse en premier lieu ? Comment comptabiliseront-t-ils l'amélioration de la qualité de la chasse ? Par la satisfaction des chasseurs ? par la taille des bois ? par les revenus de la vente de permis ? par le contrôle accentué du cheptel ? par le niveau de satisfaction des lobbyistes (SAAQ, compagnie d'assurance, UPA etc.) ? par un système de pointage englobant l'ensemble des possibilités ?

Quel sont les réels objectifs visés ?
Pour le chasseur en faveur d'une loi restrictive, l'objectif visé est très simple. La qualité de la chasse en se mesurant par l'âge moyen des mâles récoltés. Malheureusement, cette prémisse est beaucoup trop simplifiée. L'étude du projet de loi possède assurément des objectifs beaucoup plus larges. J'ai bien peur également que la restriction ne s'applique pas juste à cette loi, mais à l'étude en elle-même. De quoi je parle ? Je parle ici des revenus et retombés économiques, de la densité du cheptel et du lobbying impliqué. Il faudrait être sot pour penser que l'objectif premier ne contient que l'amélioration de la qualité de la chasse. Évidement sur le site du MFFP, les objectifs énumérés sont tous louables mais en ordre de quel importance seront-ils considérés ? À mon avis, nous sommes en droit de se poser la question.

Inquiétudes
Mes inquiétudes sont nombreuses, elles sont autant que de questions sans réponse claires qui voilent l'ensemble du projet. Il faut savoir que l'un des objectifs du MFFP est de maintenir la densité à un certain nombre de bête par km carré. Cette densité ne doit pas trop diminuer et ne doit pas augmenter. Si on veut pour une même densité un nombre plus élevé de mâle, cela signifie que le nombre de CSB doit diminuer. Donc si la densité est de 5 cerfs au km carré, on ne peut ajouter un mâle sans retrancher un CSB. De ce que j'ai compris, la densité du cheptel sera suivie de très près. Cette mesure sera-t-elle une façon d'émettre d'avantage de permis CSB et ainsi atteindre l'objectif de densité ciblé qui est toujours considéré trop élevé ? Doit-on lire entre les lignes ?

Visitez le site du MFFP expliquant l'application de la loi
Je vous invite à visiter le site du MFFP afin que vous preniez connaissance de l'application de la loi qui sera en vigueur cet automne 2017: experimentation-restriction-taille-bois-cerf-de-virginie

Sur leur page, ils répondent à bon nombres de questions que plusieurs d'entres nous se posent.

Conclusion
Évidemment, je ne suis pas au fait de tous les détails et cet article ne révèle que des impressions et questionnements qui sont propres à moi. Peut-être suis-je dans le champ ? Je le souhaite de tout cœur. Ne vous y méprennez pas, je suis en faveur de la protection des jeunes mâles, mais à quel prix ?

Dans un prochain article, je tenterai d'apporter certaines réponses en allant poser les questions aux sources.

Bientôt, nous saurons si c'était un pas vers l'avant ou pas...

Bonne saison les crinqués !


Cela pourrait vous intéresser aussi




Ça vous a échappé ?




@ Infolettre
Votre nom :*
Votre courriel :*